< 02-2018 >
DiLuMaMeJeVeSa
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728   

Les Brèves


27/12/2008

L’aide automatisée au diagnostic est une alternative à la double lecture des mammographies de dépistage

La double lecture des clichés de mammographie a été adoptée par de nombreux pays européens pour leur programme de dépistage organisé du cancer du sein. Cette pratique permet en effet d’accroître le taux de détection de tumeurs malignes d’environ 10 % selon une méta-analyse publiée en 2008. Cependant la double lecture augmente sensiblement les coûts du dépistage et pose des problèmes d’organisation dans certains centres et certains pays. C’est notamment pour ces deux raisons, qu’elle n’est d’ailleurs pas pratiquée en routine aux Etats-Unis. Dans ce pays, 25 à 30 % des centres de dépistage utilisent pour améliorer leur performance des logiciels d’aide au diagnostic. Ceux-ci, grâce à des algorithmes ad hoc, marquent sur les clichés numérisés les zones suspectes (masses ou micro-calcifications) attirant l’attention du praticien sur des images qui auraient pu passer inaperçues.

Une équipe multicentrique a cherché à évaluer l’intérêt de cette technique d’aide automatisée au diagnostic (AAD) dans le cadre du programme national britannique de dépistage du cancer du sein sur plus de 30 000 patientes. L’étude consiste à réaliser une première lecture des clichés par un seul médecin assisté par l’ordinateur puis une double lecture selon le schéma classique en Grande Bretagne. Les résultats de l’AAD ne sont bien sûr pas connus par les deux médecins analysant les clichés en double lecture. A titre de groupes contrôles, 1 152 femmes sont assignées à une double lecture classique seule et 1 182 à l’AAD seule.
Il a donc été ainsi possible pour la première fois de comparer, de façon rigoureuse et sur une population suffisamment importante, les performances de l’AAD et de la double lecture.
Une sensibilité et une spécificité équivalentes
Au total cette première étude comparative de très grande ampleur montre que les performances (sensibilité, spécificité, valeur prédictive positive) des deux méthodes sont équivalentes en dehors d’un taux de rappel un peu plus élevé avec l’AAD (+15 % en valeur relative).
Il reste à comparer les coûts supplémentaires induits directement par l’AAD et par le plus grand nombre de rappels. En dehors de ces questions économiques, dans les pays ou les centres où la double lecture n’est pas pratiquée, la généralisation de l’AAD permettrait d’atteindre des performances équivalentes à celles de la double lecture.

Gilbert F et coll. : Single reading with computer-aided detection for screening mammography. N Engl J Med 2008; 359: 1675-84.

Agenda

Les dernières Brèves

Mélanome malin métastatique : survie amélioré avec l’ipilimumab

PROJET DE PLATE FORME DE PATHOLOGIE MOLECULAIRE LIBERALE

Cryopréservation des tissus, cellules et liquides biologiques issus du soin.

Les inhibiteurs de la voie de signalisation Hedgehog : un espoir de thérapie ciblée contre certains cancers...

Contact | Mentions légales