< 01-2018 >
DiLuMaMeJeVeSa
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Lexique

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z  


MALACOPLAKIE

La malacoplakie (MP), terme qui signifie en grec plaques (plakos) lisses (malakos), est une infection granulomateuse rare décrite en 1902 par Michaelis et Gutmann. Les localisations urogénitales sont les plus fréquentes, avec une prédominance vésicale. Il existe une atteinte bilatérale des reins dans 33 à 50 % des cas. Des formes extra-urinaires, notamment digestives, ont été rapportées. Les autres localisations demeurent exceptionnelles. Il existe une prédilection féminine (sex-ratio 3/1), pic de fréquence 50/60 ans. La (MP) est décrite préférentiellement chez les patients immunodéprimés ou en association à divers cancers, pas de particularité clinique. La (MP) est définie morphologiquement par la présence d'un infiltrat spécifique constitué de macrophages comportant dans leur cytoplasme des inclusions concentriques en cible, basophiles, mesurant 5 à 10microns appelées corps de MG, ces corps sont pathognomoniques, ils correspondent à des résidus bactériens imprégnés de calcium et de fer et mêlés à des lysosomes dégénératifs. Ils sont colorés par le PAS, le Perls et les colorations argentiques (Von Kossa et Gomori Grocott). La positivité des corps de MG avec cette dernière coloration ne doit pas faire induire à tort le diagnostic de mycose ou parasitose. Les lésions peuvent prendre des aspects variables allant de petits foyers dispersés à des plages extensives. Le diagnostic différentiel de la (MP) se pose avec les autres infections granulomateuses. La pathogénie de la (MP) fait intervenir une infection à germe Gram négatif, souvent E. Coli, et une anomalie primitive du macrophage caractérisée par une baisse du taux de GMPc dans le cytoplasme, avec inversion du rapport GMPc/ AMPc. Cette anomalie inhibe la polymérisation de la tubuline au sein des microtubules et altère la dégranulation des phagocytes. Les corticoïdes, en élevant le taux des AMPc, favoriseraient la malacoplakie. Le traitement consiste en une antibiothérapie prolongée à base de molécules à activité intracellulaire. Les traitements cholinergiques ont prouvé aussi leur efficacité en augmentant le taux des GMPc.

MELANOME (MALIN)

Tumeur maligne pigmentée ou non, constituée d`une prolifération de cellules mélaniques (anciennement dénommmée naevo-carcinome).

MENINGIOME

tumeur bénigne habituellement constituée de cellules méningées.

MESOTHELIOME

Tumeur faite d`une prolifération de cellules mésothéliales habituellement développée dans une cavité séreuse coelomique. Cette tumeur presque toujours maligne, est habituellement en relation avec une exposition à l`amiante.

METAPLASIE

La métaplasie cylindrique atypique « flat hyperplasia » se caractérise par la présence, dans les unités ductulo-terminales, d’une à cinq couches de cellules cubiques ou cylindriques à noyaux ovoïdes et à pôles apicaux sécrétoires. Contrairement à l’hyperplasie canalaire atypique, on n’observe pas d’architecture complexe (ponts ou papilles). Les cellules expriment les récepteurs hormonaux et bcl2, mais pas HER2. Ces lésions peuvent être associées à des carcinomes intra-canalaires ou des carcinomes tubuleux.


METAPLASIE

Anomalie tissulaire acquise résultant de la transformation d`un tissu normal en un autre tissu normal, de structure et de fonçtion différentes.

METAPLASIQUE

Adjectif qualifiant: 1- Les tissus ayant subi une métaplasie. 2- Les tumeurs différenciées dans lesquelles le tissu tumoral reproduit un tissù d`aspect différent de celui dans lequel` la tumeur parait avoir pris naissance.

MUCOCELE APPENDICULAIRE

c'est un terme macroscopique désignant un appendice dilaté rempli de mucus, quelle qu'en soit la cause qui ne préjuge pas de la nature de la lésion sous-jacente.

MYXOGLOBULOSE

Dans certains cas, le mucus stocké dans le mucocèle appendiculaire se solidifie et donne naissance à des concrétions denses, sphéroïdes, prenant un aspect presque lithiasique.

MYXOIDE

Qui a l`apparence du myxome; tumeur formée par un tissu conjonctif commun peu différencié. Les rares cellules et les quelques fibre«élastiques » baignent dans une substance mucoïde en rappellant le mucus par son aspect gélatineux.

Agenda

Les dernières Brèves

Mélanome malin métastatique : survie amélioré avec l’ipilimumab

PROJET DE PLATE FORME DE PATHOLOGIE MOLECULAIRE LIBERALE

Cryopréservation des tissus, cellules et liquides biologiques issus du soin.

Les inhibiteurs de la voie de signalisation Hedgehog : un espoir de thérapie ciblée contre certains cancers...

Contact | Mentions légales