< 04-2018 >
DiLuMaMeJeVeSa
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     

Classification


Retour

REIN

LYMPHOMES


GENERALITES
Le rein est la deuxième localisation extra ganglionnaire des lymphomes, après le poumon.
L'âge moyen de survenue est la 6e décade
Il s’agit essentiellement de lymphomes secondaires.
 
CLINIQUE
Symptomatologie : douleur loge rénale, hématurie, signes digestifs, amaigrissement, fièvre, éventuellement macroglobulinémie.
Les lésions bilatérales aboutissent à une insuffisance rénale.
L’atteinte de l’artère rénale peut être à l’origine d’une hypertension artérielle, de même que l’hypercalcémie
paranéoplasique peut être à l’origine d’une néphrocalcinose.
Les obstructions urétérales sont en relation avec des lymphomes à localisation rétropéritonéale.
 
 
IMAGERIE
Les signes observés à l’imagerie peuvent être confondus avec un carcinome à cellules rénales.
Echographie : image hypoéchogène ou anéchogène aux contours bien définis témoignant du caractère
homogène de la tumeur
UIV : augmentation de taille du rein ou des deux reins, dilatation des cavités urinaires
TDM : conditions d’absorption moins denses que leparenchyme normal, mais plus denses que les
lésions liquidiennes, volumineuses adénopathies dans la loge rénale
IRM : peu utilisée.
 
ANATOMOPATHOLOGIE
Le diagnostic peut être fait fait par examen extemporané sur une coupe à congélation.
Le diagnostic différentiel inclut notamment le sarcome et les pseudo tumeurs inflammatoires.
Le diagnostic peut également être fait par biopsie guidée par tomodensimétrie, avec aiguille Asap, la
carotte est incluse en paraffine avec possibilité de phénotype.
 
a) macroscopie
Taille moyenne de 7.5 cm (5.7 à 22 cm).
Tumeur de consistance molle (chair de poisson),de couleur gris-rosé ou jaune avec de la nécrose.
Architecture le plus souvent multinodulaire à point de départ hilaire avec extension dans la graisse
et éventuellement dans le rétro-péritoine.
Tumeur bilatérale dans 18% des cas.
Il s’agit le plus souvent d'un stade IV (63 %),moins souvent d'un stade I (22 %).
 
b) histologie
Ce sont essentiellement des lymphomes de type B,rarement T [2].
Dans la majorité des cas, il s’agit de lymphomes diffusà grandes cellules, de grade intermédiaire ou de
haut grade,
2 cas de lymphomes de MALT de bas grade ont étédécrits [3, 4].
 
IMMUNODEPRESSION
Le risque de lymphome chez les transplantés augmente avec la durée de vie du transplant : 11% à 1 ans, 24% à 5 ans. Un tiers des lymphomes post-transplantation concernerait le rein.
 
LYMPHOMES PRIMITIFS DU REIN
C’est une lésion rare. Sur une série de la Mayo Clinic (1976 à 1992), 5 cas de lymphome primitif du rein sur 176 lymphomes diagnostiqués.
L’âge moyen est de 60 ans. Circonstances de découverte : souvent douleurs lombaires
En histologie, il s’agit le plus souvent de lymphomes diffus à grandes cellules, plus rarement d’un lymphome à petites
cellules.
La médiane de survie est de 8 mois.
 
TRAITEMENT
Il s’agit parfois de néphrectomie à visée diagnostique.
Le traitement relève d’une polychimiothérapie avec anthracycline (sauf en cas d’insuffisance rénale), il n’y a pas d’indication de radiothérapie.


Agenda

Les dernières Brèves

Mélanome malin métastatique : survie amélioré avec l’ipilimumab

PROJET DE PLATE FORME DE PATHOLOGIE MOLECULAIRE LIBERALE

Cryopréservation des tissus, cellules et liquides biologiques issus du soin.

Les inhibiteurs de la voie de signalisation Hedgehog : un espoir de thérapie ciblée contre certains cancers...

Contact | Mentions légales