< 07-2020 >
DiLuMaMeJeVeSa
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Classification


Retour

PERITOINE (RETRO)

LIPOSARCOME DEDIFFERENCIE


Liposarcomes dédifférenciés (2009)
A retenir
Un sarcome peu différencié du rétropéritoine chez l'adulte est à priori un liposarcome dédifférencié.
La présence de tissus adipeux adjacents permet de montrer des aspects de liposarcome bien différencié.
Profil génomique constant avec une amplification de MDM2 qui assure le diagnostic.
L'évolution est dominée par des récidives locales quasi constantes avec un potentiel métastatique modéré.
Importance du diagnostic du fait de traitements ciblés actuellement en cours d'évaluation.
Généralités
C’est un liposarcome qui juxtapose des zones de liposarcome bien différencié et des zones de sarcome indifférencié de haut grade ressemblant à un histiocytofibrome malin ou à un fibrosarcome. Avec un profil génomique caractéristique, amplification de la région 12ql4-15 impliquant toujours le gène MDM2.
Cette tumeur représente 5 à 10% des sarcomes des tissus mous de l'adulte et 30 à 40% des sarcomes primitifs du rétropéritoine.
Clinique
Plus de 80% des liposarcomes dédifférenciés siègent dans le rétro péritoine chez l'adulte après 40 ans.
L'aspect radiologique en tomodensitométrie suggère souvent le diagnostic et montrent l’association d'une composante adipeuse et d'une composante solide.
Macroscopie
Aspect adipeux multinodulaire avec des zones plus denses correspondant aux foyers dédifférenciés. La nécrose est souvent présente.
Microscopique
Le liposarcome dédifférencié est constitué par l'association de zones de liposarcome bien différencié (Souvent de type sclérosant) et d'une composante sarcomateuse peu différenciée, non adipeuse, avec transition abrupte entre les 2 composantes. La composante dédifférenciée peut être d'aspects très variés.
Souvent c'est :
- Un histiocytofibrome malin pléomorphe,
- Un fibrosarcome,
- Un hémangiopéricytome malin,
- Un myxofibrosarcome de haut grade,
Plus rarement :
- Un histiocytofibrome malin inflammatoire,
- Une composante sarcomateuse de bas grade de type myxofibrosarcome de bas grade, de fibrosarcome bien différencié, de fibromatose-like.
Dans 5 à 10% des cas, il existe une composante hétérologue de type musculaire strié, musculaire lisse ou ostéo-chondrosarcomateuse. La composante osseuse bien différenciée se retrouve dans les formes « pseudo méningiomateuses »
Immunohistochimie
L'immunohistochimie est indispensable surtout lorsqu'il n'existe qu'une composante dédifférenciée sur les prélèvements,
- L'anti-MDM2 positif,
- L'anti-CDK4 positif dans 90% des cas, avec.
Biologie moléculaire
Technique de FISH : Amplification constante et importante pour MDM2 et le plus souvent pour CDK4.
La CGH-array a un profil génomique caractéristique : Forte amplification de la région 12q 14-15 souvent associée à une co-amplification de 1 p32 ou de 6q23.
Diagnostic différentiel
La composante dédifférenciée est très variée,  il faut éliminer les nombreux diagnostics différentiels :
- sarcome peu différencié de type histiocytofibrome malin,
- fibrosarcome,
- hémangiopéricytome malin,
- myxofibrosarcome,
- rhabdomyosarcome pléomorphe,
- mésenchymome malin, etc.
 
Devant toute tumeur sarcomateuse peu différenciée, du rétropéritoine, intrathoracique, ou de la région paratesticulaire, il faut éliminer un liposarcome dédifférencié et donc rechercher une surexpression et/ou une amplification des gènes MDM2/ CDK4.
 
Pour faire un diagnostic de liposarcome dédifférencié devant un liposarcome bien différencié il faut retrouver un nodule de dédifférenciation mesurant au moins 1 cm.
Evolution
Le pronostic est dominé par les récidives locales quasi constante dans le rétropéritoine avec un potentiel métastatique modéré dans 20% des cas.
La localisation rétropéritonéale constitue un facteur de mauvais pronostic pour le liposarcome dédifférencié.
Il ne semble pas que le grade et/ou l'extension de la composante dédifférenciée soient des facteurs de pronostic.
Traitement
Le traitement de ces tumeurs est principalement chirurgical avec une exérèse aussi complète que possible. La radiothérapie (tomothérapie) peut aider à une éradication tumorale plus complète.
Des thérapies « ciblées » sont en cours d’essai : les nutlines sont des anti-MDM2, le flavopéridol est un inhibiteur de CDK4, l'aplidine est un agent marin qui induit l'apopotose en activant la voie de signalisation JUN-kinase.


pas de div

Ag/Ac
% cas +
MDM2
+
CDK4
90%

 

Agenda

Les dernières Brèves

Mélanome malin métastatique : survie amélioré avec l’ipilimumab

PROJET DE PLATE FORME DE PATHOLOGIE MOLECULAIRE LIBERALE

Cryopréservation des tissus, cellules et liquides biologiques issus du soin.

Les inhibiteurs de la voie de signalisation Hedgehog : un espoir de thérapie ciblée contre certains cancers...

Contact | Mentions légales