< 10-2018 >
DiLuMaMeJeVeSa
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Classification


Retour

Poumon

LYMPHOME B DE TYPE MALT PULMONAIRE


 
70 à 80 % des lymphomes pulmonaires (ne plus utiliser les termes de pseudo lymphome ni de lymphome du BALT (Bronchial Associated Lymphoid Tissue) ni baltome.
Clinique
Acquis au cours d`inflammations chroniques secondaires à des infections  ou à des troubles dysimmunitaires (syndrome de Gougerot­-Sjögren, lupus, PR..). 
Sujets vers 60 ans, légère prédominance masculine.
Symptomatologie peu bruyante (toux, dyspnée, hémoptysie) ou absente (découverte fortuite radiologique)
Rarement signes généraux ou symptômes « B » (fièvre, perte de poids, sueurs nocturnes).
Opacité pulmonaire unique ou multiple (30 %)  parfois bilatérale (20 %).
Adénopathies médiastinales rares.
Classer en grade IE les formes pulmonaires uni ou bilatérales, et en IIE les formes  avec envahissement ganglionnaire, hilaire et/ou médiastinal. 
BOM envahie dans 15 % des cas (stade IVE).
 
Histologie
Infiltrat lymphoïde diffus et dense, entourant des follicules lymphoïdes. 
Dans les formes débutantes ou en périphérie de la zone tumorale,  l`infiltrat lymphoïde peut se présenter comme un renforcement nodulaire, péribronchiolaire et péribronchique ressemblant à une LlP.
Les cellules Iymphomateuses peuvent avoir l`aspect de lymphocytes, de centrocytes-like à noyau clivé, de cellules B monocytoïdes au cytoplasme clair ou de cellules lymphoplasmocytaires (30 % des cas).
Les cellules infiltrent les épithéliums bronchiques, bronchiolaires et alvéolaires réalisant des lésions lympho-épithéliales
Il existe constamment des cellules lymphoïdes activées, nucléolées et disséminées. Si  ces cellules activées forment des amas, il s`agit de la transformation en lymphome diffus à grandes cellules B (à ne pas confondre avec les centroblastes de centres folliculaires colonisés). Les plasmocytes peuvent être nombreux; ils sont poly ou monotypiques.
Des dépôts amyloïdes se voient dans 5 à10 % des cas.La nécrose est très rare.
 
Immunohistochimie
Phénotype B (CD20+, CD79A+), CD43 + (70 % des cas)
CD5 –  CD10 -, CD23 -, BCl6 –
Monotypie intracytoplasmique lambda ou kappa dans 30 % des cas.
Marqueur de prolifération Mib-1 < à 10 %.
Marqueur des cellules dendritiques (CD21. CD23, CNA42) marque les centres folliculaires colonisés.
Les anti cytokératines objectivent facilement les lésions lympho­épithéliales.
 


pas de div

AG
% cas +
CD20
+ 100%
CD79a
+100%
CD43
+70%
Kappa
+30%
CD5
 0%
CD10
 0%
CD23
 0%
Bcl16
 0%
 
 

 

Agenda

Les dernières Brèves

Mélanome malin métastatique : survie amélioré avec l’ipilimumab

PROJET DE PLATE FORME DE PATHOLOGIE MOLECULAIRE LIBERALE

Cryopréservation des tissus, cellules et liquides biologiques issus du soin.

Les inhibiteurs de la voie de signalisation Hedgehog : un espoir de thérapie ciblée contre certains cancers...

Contact | Mentions légales