< 12-2018 >
DiLuMaMeJeVeSa
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Classification


Retour

REIN

ADENOME ONCOCYTAIRE


Définition
L'adénome oncocytaire du rein est une tumeur bénigne de diagnostic le plus souvent post-opératoire. Son histoire naturelle est mal connue.
Il s’agit d’une tumeur du cortex rénal et de l’adulte qui est formée de cellules oncocytaires. Chez certains patients porteurs de syndromes particuliers, les oncocytomes peuvent être multiples et/ou bilatéraux.
 
Macroscopie
Tumeur de siège cortical, bien limitée, de taille variable qui, à la coupe, présente un aspect ocre-chamois avec une cicatrice fibreuse centrale.
 
Histologie
Microscopiquement, il s’agit d’une tumeur non papillaire, d’architecture endocrinoïde, plus ou moins alvéolaire avec une prolifération de cordons, travées, tubes, amas constitués de 100 % d'oncocytes au noyau rond, peu ou pas nucléolé.

Les cellules ont un cytoplasme abondant, éosinophile, qui contient de nombreuses mitochondries avec une positivité apicale à la réaction de Hale. Les mitoses sont très rares ou absentes.

Le noyau de ces cellules ne contient pas de nucléole ou alors, s’il est présent, ce dernier est toujours de petite taille à la différence des adénocarcinomes à cellules oncocytaires (anciennement appelés adénocarcinomes à cellules granuleuses).

Immunohistochimie
EMA +, KLI + : cadre apical, cKitt +, Ecadhérine +, CK8, CK18,  ou faible.
CK7 (-), vimentine (- ou faible), CD10 (-)
 
Cytogénétique
Ces tumeurs présentent des anomalies cytogénétiques différentes des adénocarcinomes usuels du rein (différentes en particulier des adénocarcinomes rénal à cellules oxyphiles et du carcinome à cellules chromophobes), ce qui permet de les distinguer.
Délétion 1,3,7, 14, X, Y, ou pas d'anomalie. 
 
Diagnostic différentiel
Les diagnostics différentiels principaux de l’oncocytome sont le carcinome rénal à cellules chromophobes (variante à cellules éosinophiles) et l’adénocarcinome rénal à cellules éosinophiles (ex adénocarcinome à cellules granuleuses ou tumeur oncocytaire maligne).
 
Evolution
L'évolution des adénomes oncocytaires semble être l'augmentation de taille plus ou moins rapide. Le traitement peut être conservateur. Le volume tumoral initial ou la croissance tumorale rapide sont des indications d'exérèse. La néphrectomie partielle, si la taille/localisation tumorale le permet, est actuellement la technique de choix.


Agenda

Les dernières Brèves

Mélanome malin métastatique : survie amélioré avec l’ipilimumab

PROJET DE PLATE FORME DE PATHOLOGIE MOLECULAIRE LIBERALE

Cryopréservation des tissus, cellules et liquides biologiques issus du soin.

Les inhibiteurs de la voie de signalisation Hedgehog : un espoir de thérapie ciblée contre certains cancers...

Contact | Mentions légales